Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in posts
Search in pages

#S’ENGAGER L’activisme associatif et social d’Emanouela Todorova

#S’ENGAGER L’activisme associatif et social d’Emanouela Todorova

#S’ENGAGER L’activisme associatif et social d’Emanouela Todorova 747 486 JEUN'EST

Après avoir subi un énième harcèlement de rue, Emanouela Todorova crée le compte Instagram « Dis Bonjour Sale Pute » ou DBSP, en juillet 2020. Elle est récemment revenue sur Strasbourg après avoir passé trois ans à Berlin, et c’est là que débute pleinement son combat.

Le compte a très vite gagné du soutien et des abonnés, à sa surprise. Peu à peu, le projet prend une place grandissante dans sa vie, et Emanouela Todorova se rend compte de la puissance de l’engagement à travers les réseaux sociaux. Une maison d’édition l’approche pour la rédaction d’un livre. Elle l’écrit et se rend alors compte que tout ce projet est un objectif de vie. Elle décide alors de pleinement mener ce combat moderne à travers des outils modernes.

Son projet se diversifie. Emanouela Todorova veut atteindre plus de canaux de diffusions. Elle crée une série de podcasts destinés aux personnes atteintes de handicaps de vue au cours de l’année. Alors que les projets se multiplient et que le soutien qu’elle reçoit s’élargit, elle conçoit une petite équipe de bénévoles pour l’accompagner. Elle est l’unique membre à 100% de temps consacré à l’association, mais est épaulée par ces bénévoles pour mener des enquêtes, organiser des projets ou pour réaliser de la création graphique.

Le choix de continuer à s’engager dans ce combat toute sa vie est très vite fait. Toute sa vie, elle dit avoir mené des combats, et compte bien rajouter celui-là à la liste. Elle peut enfin faire porter des voix bien plus loin dans la société et espère que DBSP se pérennisera. Dans le meilleur des mondes, DBSP n’existerait puisque le combat qu’elle mène à travers ce projet ne serait pas nécessaire. Tant que ce dernier sera nécessaire, Emanouela Todorova se battra.

Être à son compte est une situation qu’elle connait bien et sait gérer. En freelance depuis 2013, Emanouela Todorova a toujours été indépendante. Générer des fonds n’est cependant pas le but de son activité, ce qui est là une nouveauté pour elle, comme la forme de vie dense et temporaire qui accompagne cette situation. La plupart de DBSP fonctionne via le bénévolat pour le moment, mais l’autofinancement fait partie des objectifs fixés à atteindre. La fondation Stand Up a déjà participé au financement de DBSP, notamment pour la production des 12 épisodes de podcast.

A travers DBSP, Emanouela Todorova découvre que la période post-COVID est bien plus fertile à l’égard des volontés d’engagements, de bénévolats et d’investissements personnels pour des causes sociales. Un autre déclic a aussi été le retour en France, où, après trois années sans harcèlement de rue à Berlin, elle a dû se confronter à nouveau à ce phénomène. Le constat du clivage entre les deux populations des deux côtés de la frontière concernant le harcèlement l’a motivé à monter ce projet. La volonté de vouloir faire changer les choses sur ce point l’habite depuis ce moment. Depuis la création de DBSP et pendant encore un certain temps, Emanouela Todorova souhaite consolider et enraciner ce projet avant de s’étendre vers de nouveaux horizons.

Pour elle, personne d’autre que nous-mêmes pouvons changer les choses nous concernant. Se lancer dans l’engagement pour une cause, une association ou un combat, c’est un projet de vie sensationnel dans lequel il ne faut pas hésiter à s’engouffrer. Les occasions de le faire sont limitées, il faut donc saisir les opportunités de ce genre quand elles se présentent.

Et c’est ce qu’a fait Emanouela Todorova. En une année et demie, son compte Instagram a atteint près de 150 000 abonnés, elle a pu donner la voix à un nombre incalculable de femmes, elle a écrit un livre et DBSP est en passe de s’internationaliser. Son combat a indéniablement déjà commencé à faire bouger les choses, et il a à peine débuté.



La Région Grand Est s’engage à ce que la collecte et le traitement de vos données, effectués à partir des sites jeunest.fr, soient conformes au règlement européen sur la protection des données et à la loi « informatique et libertés » modifiée en 2018.

Les informations recueillies à partir de ce formulaire sont nécessaires à l'instruction de votre demande. Elles sont enregistrées et transmises aux services de la région Grand Est ou de ses sous-traitants en charge de son traitement.

Vous disposez de droits Informatique et Libertés sur les données vous concernant, que vous pouvez exercer en contactant le délégué à la protection des données de la région Grand Est.